Haut

Poser 1 question

Licencier une femme de ménage

Licencier sa femme de ménage est soumis à des règles de motivation et de procédure.

Le particulier, en tant qu'employeur, a des obligations envers sa femme de ménage, notamment concernant le contrat de travail, les congés payés, le salaire, le suivi de son employé par un service de médecine du travail ou encore le licenciement.

Le statut de particulier employeur confère en effet au particulier employeur le droit de licencier sa femme de ménage en rompant son contrat de travail.

Ce droit de licencier sa femme de ménage n'est pas discrétionnaire car le particulier employeur doit pouvoir démontrer devant un juge :

Ladite convention, hors le licenciement, envisage d'autres modalités de rupture du contrat de travail de la femme de ménage.

Trouver une aide ménagère

Licencier sa femme de ménage : une décision à justifier

La décision de licencier sa femme de ménage doit reposer sur des faits et motifs matériellement vérifiables et suffisamment importants.

En mettant fin au contrat de travail de la femme de ménage, le particulier employeur prend une décision qui l'expose à procès devant le tribunal des conflits du travail : le Conseil de Prud'hommes.

Pour cette raison, la décision de licencier sa femme de ménage doit pouvoir être justifiée devant les juges prudhommaux par le biais de motifs suffisants et de preuves justificatives.

Licencier femme de ménage : le recours du tribunal prud'homal

La femme de ménage, en désaccord avec les conditions et modalités de son licenciement, peut saisir le Conseil de Prud'hommes pour lui demander de constater :

  • le non-respect de la procédure de licenciement,
  • l'absence de légitimité de la décision de rupture.

Si les arguments de la femme de ménage sont retenus, toutes les erreurs commises par le particulier employeur se retourneront contre lui et il sera condamné à lui payer des dommages-intérêts pouvant atteindre plusieurs mois de salaire.

Licencier sa femme de ménage : pour une cause sérieuse

Afin d'éviter une condamnation, le particulier employeur doit prendre une décision présentant deux caractéristiques pour licencier sa femme de ménage :

  • définition précise et objective de la cause de rupture,
  • motivation/justification de l'impérative nécessité du licenciement.
Licencier sa femme de ménage
Exemples de causes de rupture du contrat de travail Motivation/justification du caractère impératif du licenciement
Faits/cause matériellement vérifiables et prouvables Degré de nécessité/de gravité
Difficultés financières (rencontrées par le particulier employeur) ne permettant plus le maintien de l'emploi de la femme de ménage. Il faut démontrer l'existence d'une perte de revenus, d'une baisse de pouvoir d'achat qui change la situation financière de l'employeur en comparaison de ce qu'elle a été au moment de l'embauche de la femme de ménage :
  • licenciement ou faillite avec perte d'activité entraînant perte de revenus,
  • baisse ou perte d'une aide financière à l'emploi ayant permis l'embauche de l'aide à domicile.
Les difficultés invoquées doivent être suffisamment importantes et la perte de revenus, la baisse de pouvoir d'achat doivent pouvoir :
  • être chiffrées si nécessaire,
  • traduire sans contestation possible une dégradation manifeste de la santé financière du particulier employeur.
Consommation de tabac par la femme de ménage malgré interdiction (ici : faute grave - licenciement disciplinaire). Il faut pouvoir démontrer :
  • l'existence de cette habitude,
  • sa fréquence.
  • le fait que le contrat de travail prévoit cette interdiction.
La santé du particulier doit être mise en danger et/ou exposée à un risque néfaste pour lui.
Absences injustifiées de la femme de ménage (ici : éventuelle faute grave - licenciement pouvant être disciplinaire). Il faut pouvoir démontrer :
  • l'existence de ces absences,
  • leur fréquence et importance en termes de durée.
Le ménage et/ou repassage du particulier n'est plus assuré régulièrement et ceci désorganise sa vie.

En savoir plus : Contrat femme de ménage

Licencier sa femme de ménage : la procédure à suivre

Licencier sa femme de ménage est une décision qui s'intègre dans un processus comportant étapes, délais et formalisme obligatoires.

Voici, expliquée dans un tableau, la procédure à suivre pour licencier sa femme de ménage :

Licencier sa femme de ménage : la procédure

Licencier sa femme de ménage pour un motif non disciplinaire
Licencier sa femme de ménage : les étapes.
  • Convocation à entretien préalable à licenciement.
  • Entretien préalable.
  • Notification du licenciement.
  • Préavis (point de départ = réception par la femme de ménage de la notification du licenciement):
    • durée (1) :
      • ancienneté de moins de 6 mois = 1 semaine,
      • ancienneté entre 6 mois et 2 ans = 1 mois,
      • ancienneté d'au moins 2 ans = 2 mois.
    • heures de temps libre pour recherche d'emploi pendant le préavis :
      • ancienneté <2 ans = 2h par jour pendant 6 jours ouvrables,
      • ancienneté d'au moins 2 ans = 2h par jour pendant 10 jours. ouvrables
  • Fin de préavis :
    • paiement des indemnités de rupture :
      • indemnité de licenciement si ancienneté = au moins 2 ans (2)
        • ancienneté de 2 à 10 ans = 1/1O du salaire mensuel moyen par année d'ancienneté,
        • ancienneté >10 ans = 1/6 du salaire mensuel moyen pour chaque année d'ancienneté au-delà de 10 ans.
    • indemnité compensatrice pour congés payés non pris (qui se calcule comme l'indemnité de congés payés)
    • remise des documents de fin de contrat :
      • certificat de travail,
      • attestation pôle-emploi (Assedic),
      • reçu pour solde de tout compte.
Délais à respecter pour licencier sa femme de ménage. Entre :
  • réception de la convocation à entretien préalable et tenue de l'entretien = 5 jours ouvrables,
  • tenue de l'entretien et notification du licenciement = 2 jours ouvrables minimum.
Tenue de l'entretien. Le particulier employeur :
  • indique les motifs qui expliquent le déclenchement de la procédure de licenciement,
  • recueille les explications de la femme de ménage,
  • ne doit pas prendre de décision en cours d'entretien ni notifier verbalement le licenciement.
La femme de ménage :
  • présente des explications,
  • présente éventuellement sa défense.
Présence uniquement de l'employeur et de la femme de ménage.
Contenu du courrier de convocation à entretien préalable.
  • Courrier en recommandé avec AR ou remis en main propre contre décharge.
  • Mentions :
    • objet de la convocation : éventuel licenciement,
    • date + heure + lieu de l'entretien.
Contenu du courrier de notification de la décision.
  • Courrier en recommandé avec AR ou remis en main propre contre décharge.
  • Mentions :
    • décision de licenciement et son motif (exposé clair, précis et obligatoire des raisons de la rupture),
    • information sur préavis (démarrage à réception de ce courrier + durée + heures pour recherche d'emploi + droits de la femme de ménage en matière de formation),
    • information sur paiement des indemnités de rupture,
    • information sur remise des documents de fin de contrat.
Licencier sa femme de ménage pour faute grave ou lourde
Licencier sa femme de ménage : les étapes.
  • Convocation à entretien préalable à licenciement.
  • Entretien préalable.
  • Notification du licenciement avec :
    • paiement de l'indemnité compensatrice pour congés payés non pris (non due en cas de faute lourde),
    • remise des documents de fin de contrat : certificat de travail + attestation pôle-emploi(Assedic) + reçu pour solde de tout compte.
Délais à respecter pour licencier sa femme de ménage.
  • Pour lancer la procédure (convoquer la femme de ménage à entretien) : au plus tard deux mois après la prise de connaissance des faits fautifs.
  • Entre réception de la convocation par la femme de ménage et entretien : 5 jours ouvrables (délai conseillé).
  • Pour notifier la décision :
    • attendre deux jours postérieurement à l'entretien préalable,
    • ne pas attendre plus d'un mois après l'entretien préalable.
Tenue de l'entretien. Identique à celui (ci-dessus) pour motif autre que disciplinaire.
Contenu du courrier de convocation à entretien préalable.
  • Courrier en recommandé avec AR ou remis en main propre contre décharge.
  • Mentions :
    • objet de la convocation : éventuel licenciement pour faute grave ou lourde.
    • date + heure + lieu de l'entretien.
Contenu du courrier de notification de la décision.
  • Courrier en recommandé avec AR ou remis en main propre contre décharge.
  • Mentions :
    • décision de licenciement et son motif (exposé clair, précis et obligatoire des raisons de la rupture),
    • information sur paiement indemnité de congés (sauf si faute lourde),
    • information sur remise des documents de fin de contrat.
 

Lettres types de licenciement

(1) Le salarié qui trouve un nouveau travail pendant le temps de préavis dû par l'employeur n'est pas tenu d'effectuer la totalité du préavis. Il peut, sur présentation du justificatif d'un nouvel emploi, cesser le travail après avoir effectué deux semaines de préavis dans la limite du préavis restant à courir. Salarié et employeur sont alors dégagés de leurs obligations en ce qui concerne l'exécution et la rémunération du préavis non exécuté.

(2) Attention! Calcul du montant de l'indemnité de licenciement : une disposition légale relative au calcul de l'indemnité de licenciement est plus favorable que la convention collective; cette disposition prévoit que la femme de ménage doit percevoir : 1°. Une indemnité après seulement un an d'ancienneté. 2°. Une indemnité égale à : 1/5 du salaire mensuel moyen par année d'ancienneté pour une ancienneté allant de 1 à 1à ans, puis, 1/3 du salaire mensuel moyen pour chaque année d'ancienneté au-delà d'un an. Ce montant est plus favorable que celui issu de la convention collective et pourrait recevoir application.

Femme de ménage : demande de devis gratuite

Licencier femme de ménage : pas le seul mode de rupture

Licencier sa femme de ménage n'est qu'un mode de rupture du contrat parmi d'autres.

Le particulier employeur qui souhaite rompre le contrat de sa femme de ménage dispose d'autres moyens que licencier sa femme de ménage :

Autres modalités de rupture de contrat de travail que licencier sa femme de ménage

Type de rupture Formalisme Indemnisation
Rupture à l'initiative de la femme de ménage. Rupture anticipée d'un contrat à durée déterminée pour cause d'embauche sous contrat de travail à durée indéterminée. Notification par écrit + préavis à exécuter. Pas d'indemnité de fin de contrat (éventuelle indemnité. compensatrice pour congés payés non pris).
Démission. Notification par écrit + préavis (durée = convention collective). Indemnité compensatrice pour congés payés non pris
Départ en retraite. Notification du départ en retraite + préavis = convention collective.
  • Indemnité compensatrice pour congés payés non pris,
  • + éventuelle indemnité de départ suivant ancienneté prévue par convention collective.
Prise d'acte de la rupture du contrat par la femme de ménage (précède généralement un procès). Notification par écrit. Indemnité pour congés non pris.
Rupture à l'initiative ou dont l'origine est liée à l'employeur. Rupture anticipée du contrat à durée déterminée de la femme de ménage pour cause de faute grave. Procédure identique à celle d'une sanction : entretien + notification. Pas d'indemnité de fin de contrat (éventuelle indemnité compensatrice de congés payés).
Rupture du contrat de la femme de ménage en raison de son inaptitude au travail constatée médicalement. Procédure et indemnisation identiques à licenciement non disciplinaire (tableau ci-dessus).
Mise à la retraite de la femme de ménage par le particulier employeur. Notification écrite + préavis = convention. Identique à indemnisation du licenciement non disciplinaire (tableau ci-dessus).
Décès du particulier employeur.
  • Le décès provoque automatique ment la fin du contrat.
  • La femme de ménage reçoit une indemnisation identique à celle d'un licenciement non disciplinaire.
  • Héritiers et/ou notaire gèrent cela.
Rupture suivant initiative commune employeur + femme de ménage. Rupture anticipée du contrat à durée déterminée par accord commun. Écrit. Selon accord des parties – congés payés non pris sont indemnisés.
Départ négocié (rupture amiable du contrat de travail à durée indéterminée). Écrit. Selon accord des parties – congés payés non pris sont indemnisés.
Rupture conventionnelle homologuée. Écrit homologué par inspection du travail. Selon accord des parties avec seuil minimum (soit montant = indemnité de licenciement) + indemnité compensatrice de congés payés.

Cette page vous a intéressé ?

Envoyer à un ami

Pour aller plus loin ...

  • Ce que votre femme de ménage n'osera jamais vous dire  | Astuce

    Engager une personne pour effectuer des travaux de ménage peut certes vous épargner une tâche longue et fatigante. Seulement voilà, une mauvaise communication avec votre employé(e) peut entraîner des incompréhensions mutuelles et tourner mal. Mieux vaut p [...]

  • En 2014, le ménage reste une corvée féminine  | ACTU

    Un sondage Ipsos réalisé pour le site de vente Sarenza.com révèle que la répartition des tâches ménagères n’est toujours pas équilibrée et ce à la défaveur des femmes bien sûr. Un sondage sur fond de désaccord. Près d’une femme sur deux (48%) estime qu’i [...]

  • Les bonnes et mauvaises hausses de 2013  | Astuce

    Comme à chaque début d'année, les changements de tarifs, de plafonds, de cotisations sont nombreux. Et 2013 ne déroge pas à la règle ! SMIC, livret A, tarif de l'électricité, impôts, assurance, sécurité sociale... retrouvez tous les principaux changements [...]

  • Les 12 étapes du grand nettoyage de printemps  | Astuce

    C'est une journée à la fois attendue et redoutée : le grand nettoyage de printemps ! Ce grand marathon de tri, de lavage et de rangement est indispensable pour votre bien être dans votre logement : les meubles sont relégués au jardin ou dans le garage et [...]

  • 7 conseils pour réussir son nettoyage de printemps  | Astuce

    Le jour de votre nettoyage de printemps annuel approche à grands pas et il n'est pas question de procrastiner ! Pour être efficace, votre préparation comprend 1 bonne nuit de sommeil, 1 main-d’œuvre motivée, des vêtements non fragiles, 1 liste de courses [...]

  • 5 exercices pour se muscler en faisant le ménage  | Astuce

    Le ménage est une corvée inévitable pour l'entretien de la maison. Il est toutefois possible de joindre l'utile... à l'utile, en musclant son corps tout en faisant le ménage. Extensions du dos, des bras, des jambes : se muscler est possible en procédant a [...]

  • 9 brins de ménage qui font un effet fou !  | Astuce

    Vous êtes loin d'être maniaque, et vous attendez toujours le point de non retour pour sortir balai et serpillière (et éponge, aspirateur, lingettes, chiffon, etc.). D'habitude, vous êtes le seul à le savoir, donc vous êtes indulgent avec vous-même. Ce so [...]

  • Réduction d'impôts : êtes-vous sûr de ne rien oubli (...)  | Astuce

    Il est venu le temps de remplir votre déclaration d'impôts. Si vous êtes complètement perdu, nous vous suggérons de consulter notre guide de l'impôt sur le revenu, qui vous expliquera de manière claire le procédé à suivre pour le déclarer. Vos revenus (h [...]

 

Réaction de bernie |  05/02/2013

 

0

 

Bien, c'est la Loi...
Je serai bientôt en retraite, avec des revenus diminués de moitié.
Je vais donc licencier ma femme de ménage, selon la procédure.
Déjà, l'intérêt fiscal de 50% était pratiquement nul: ex: pour 100€ de salaire, 82€ de charges fiscales, coût final: 182€.
récupération:182;/2 =91€; gain (basé sur les 100€ versés): 9€...
Et, pour ça, il va me falloir diligenter toute une procédure, respecter un préavis de 2 mois au bout de cette procédure, payer une indemnité d'1/10ème (peut-être 1/5ème...)?
Et vous pensez que, la prochaine fois, je vais respecter la Loi?
Que je ne vais pas prendre quelqu'un au noir pour 91€?
Que je ne serais pas assez malin pour établir à l'avance tous éléments nécessaires pour prouver que nos relations relèvent du bénévolat?
Voilà comment on tue l'emploi...

 

Bernie, Avant d'annoncer ne pas vouloir respecter la Loi, avez-vous songé à d'autres systèmes légaux plus simples... ?
Par exemple, avez-vous déjà entendu parler du CESU ? Il s'agit d'un système très flexible en pratique, et totalement adapté aux services à la personne. Il permet en effet certaines simplifications dans le cadre d'une embauche.
Pour plus d'information, je vous invite à lire notre Guide Pratique à ce sujet.
Cordialement,

Voir l'espace marque
Commentaire de comprendrechoisir | 06/02/2013 |  
 

Non pas peut être 1/5 ème, mais obligatoirement 1/5 ème depuis un jugement de la cour de cassation.
Vous allez bientôt être à la retraite (vous l'êtes certainement plus d'un an après votre post), et vous dites vouloir prendre quelqu'un au noir et violer la loi en faisant passer ça pour du bénévolat !
Vous faites une démonstration alambiquée pour expliquer comment on tue l'emploi !
Pensez vous que si tout le monde pratiquait comme vous voulez le faire vous auriez une retraite ?
Si tout le monde emploie au noir, comme vous voulez le faire, qui va payer votre retraite ? Personne ! Alors pas de retraite.
Quant à tuer l'emploi, le premier tueur d'emploi, c'est le travail au noir.
De plus j'espère que vous êtes riche, car avec le travail au noir, non seulement pas de retraite, mais pas non plus de sécurité sociale, donc pas de médecine quasi gratuite, et ne perdez pas de vue que plus on avance en âge, plus on a recours au système de santé, donc sans cotisations sur le salaire, fini le système solidaire et les remboursements des frais de santé !
Comment feriez vous pour vivre sans retraite et sans sécurité sociale ?
Avant d'écrire votre post avez vous pensé à tout ça.
Je travaille, je suis déclarée, je cotise, en partie vous, mais quand je vous lis, je me dis que vraiment vous ne méritez pas mon honnêteté, ni celle de mon employeur.
Et votre employeur, lui avez vous dit qu'en vous déclarant et en vous payant tout ce qu'il devait vous payer, il a tué l'emploi. Lui avez vous fait cadeau de votre indemnité de départ à la retraite sous prétexte de survie de l'emploi ?
Ou alors vous faites partie de ceux qui pensent que vous valez mieux que votre employée de maison, vu que vous vous valez d'avoir été déclaré pour avoir droit à la retraite et à tous vos acquis sociaux, alors que la boniche...

Commentaire de sébasto cha Expert | 05/04/2014 |  
 

Bernie, vous soulevez un point fort ! Sébasto cha me touche beaucoup avec ses remarques altruistes, mais notre petit chat et ses clichés vétustes est bercé d'illusions : les Français, moyens ou pas, patrons comme boniches, triment pour survivre aujourd'hui. Si vous pleurez la "boniche", pour reprendre l' expression du chah, moi je pleure la France qui est en chute libre en partie grâce aux rêveurs comme notre petit chat et aux démagogues qui ont le pouvoir de créer ces rêves. Parce que vous pensez que ces lois sont au service du peuple et pas de l'Etat ? La Sécurité Sociale est en faillite et est sur le point d'être racheté par le dictat des mutuelles qui sauront nous garantir un système de soins équivalent à celui des Socialistes Soviétiques ; vous parlez de riches ? Les vrais sont à l'abris ; de retraites ? il n' y en aura pas pour les générations à venir ; vous parlez de médecine gratuite ? Ne payons nous pas de plus en plus de notre poche pour être correctement soignés alors que l'état nous ponctionne mensuellement un équivalent salaire ? Notre ex meilleur système est rouillé et inadapté à la France d'aujourd'hui. Il faut le révolutionner pour relancer notre Pays. Entre temps, je ne suis pas étonné de voir trocs, marchés noir, emplois dissimulés...se développer. ça prouve que nos énarques n'y comprennent rien !
Le Cesu n'a servi à rien à part faciliter le travail de l'Etat pour récupérer des miettes. Entre temps son système profite aux cloportes qui savent l'utiliser : notre femme de ménage, que je nous ne pouvons plus payer depuis que nous avons trois enfants en bas âge qui nous coûtent en frais de garderie et scolarité plus de 3000 euros par mois, nous fais du chantage et nous menace de prudhomme grâce à son césu et les conseils gratis d'un syndicat. Nous n'avons jamais touché 1 centime d'aide de l'état, pas même un congé de maternité. Malgré 10 à 13 heures de travail par jour chacuns, nous n'arrivons plus à joindre les 2 bouts. Par contre charges et impôts pleuvent tous les mois, car il parait que nous sommes riches...Moi qui pensais que les riches avaient de l'argent...

Commentaire de amf | 04/07/2014 |  
 

Et c'est moi qu'on accusait de cynisme...

Commentaire de bernie | 04/07/2014 |  
 

Combien coûte aujourd'hui (05/07/2014) un salarié de particulier employeur payé 10 euros net de l'heure selon qu'il soit ou non déclaré :
---
SALARIÉ NON DÉCLARÉ :
10 euros
---
SALARIÉ DÉCLARÉ :
*Salaire net 10 euros
*Cotisations patronales : 5,34 euros
*Cotisations salariales : 3,04 euros
*Déduction forfaitaire à la source : 0,75 euros (cette déduction est pour tous les employeurs sans distinction de revenu)
- Total des cotisations : 5,34+3,04-0,75=7,63 euros
*Déduction fiscale : 8,82 euros (cette déduction est pour tous les employeurs sans distinction de revenu, elle est égale à 50% des sommes engagées (10+7,63=17,63)/2=8,82 euros, est attribuée soit par déduction fiscale sur les impôts sur le revenu, soit par crédit d'impôt quand le montant de l'impôt est inférieur à la somme déductible
- Coût réellement engagé : 10+5,34+3,04-0,75-8,82=8,81 euros
*Indemnité de licenciement (1/5ème du salaire brut mensuel par année d'ancienneté) : (10+3,04=13,04)/5=2,61 euros pour un an, soit 2,61/12=0,22 euros par mois
TOTAL DU COÛT DU SALARIÉ :
8,81+0,22=9,03 euros
---
RÉCAPITULATIF :
Salarié non déclaré : 10 euros
Salarié déclaré (indemnité licenciement comprise) : 9,03 euros
Ci dessous accès au simulateur de calcul du CESU
http://www.cesu.urssaf.fr/cesweb/simucoti1.jsp
---
Les employeurs de plus de 65 ans puis de plus de 70 bénéficient d'exonérations supplémentaires !
---
Sans compter le coût d'un accident ou d'un contrôle (les particuliers employeurs sont aussi contrôlés, souvent par la grâce d'un voisin ou d'un cousin plein d'attentions...plus rarement par l'employé, mais ça arrive) en cas de travail dissimulé.
---
Un particulier employeur n'a pas les mains et les pieds liés, il peut licencier, mais il y a une procédure à respecter, pas plus lourde que ça quand on connaît ses droits et ses devoirs !
http://droitsdesemployesdemaison.blogspot.fr/search/lab...
http://droitsdesemployesdemaison.blogspot.fr/search/lab...
Certains tellement procéduriers quand il s'agit de faire respecter leurs droits ou de remplir la déclaration d'impôt sont perdus devant deux courriers, un préavis et une indemnité de licenciement quand il s'agit de respecter les droits de l'employé de maison...bizarre.

Commentaire de sébasto cha Expert | 05/07/2014 |  
 

Sébasto...
Je n'ai jamais dit que je ne respectais, ni la Loi, ni... ma femme de ménage!
Depuis, je la vois de temps en temps, nous nous saluons, sans aucun contentieux rémanent!
même, je l'ai recommandée auprès d'un ami, et ça a marché!
Car, bien sur, j'ai respecté la procédure,
Ceci dit, vous me semblez avoir des jugements "à l'emporte pièce"!
Que savez vous de moi pour penser que (je suppose, me concernant): "Certains tellement procéduriers quand il s'agit de faire respecter leurs droits ou de remplir la déclaration d'impôt sont perdus devant deux courriers, un préavis et une indemnité de licenciement quand il s'agit de respecter les droits de l'employé de maison...bizarre."
Bizarre, certes!
et quant à l'accusation concernant la retraite et le coût que je pourrais avoir pour la société, quant à ma santé présente et future, je voudrais vous dire que j'ai 45 ans de cotisations, à tous les régimes, à plein pot; et mon employeur, aussi!
Et...
Je n'ai pas eu de prime de départ à la retraite!
Alors, je peux comprendre votre ressentiment global, mais... ne vous trompez pas de cible!!!

Commentaire de bernie | 05/07/2014 |  
 

Bonjour Bernie
Non rien contre vous, juste des généralités, car le raisonnement de votre premier commentaire est entendu dans la bouche de bien des personnes, alors qu'il est faux !
Déclarer même en y incluant l'indemnité de licenciement coûte moins cher que le travail dissimulé.
D'autant qu'en travail dissimulé, en général "l'employé" prend plus cher que déclaré, pour compenser la perte des "avantages".
Votre résonnement je l'entends très souvent, et il se trouve que je connais très bien les conditions de travail des employés de maison.
Remercié du jour au lendemain, jamais de médecine du travail bien qu'obligatoire, l'attestation pôle emploi pas remise, ou bien c'est l'employé qui doit la remplir !.. j'en passe il y a tellement à dire.
Et tout ça par des personnes qui sont elles-mêmes employées et qui savent bien faire respecter leurs droits, ou par des personnes qui lisent le mode d'emploi du dernier hochet à la mode acheté, mais qui quand il est question de l'employé de maison ne se renseignent pas sur leurs obligations.
Moi ce que je sais, c'est que de tous les employeurs que je connais, tous tombent des nues quand ils apprennent que la médecine du travail est obligatoire .... qu'ils ont des devoirs en cas de licenciement de l'employé, mais aucun qui n'oublie de déclarer les sommes engagées aux impôts, pour bénéficier de la remise fiscale de 50% des sommes engagées.
D'aucun pleure sur l'état de la France, mais le problème c'est qu'en France chacun connait ses droits, mais se torche avec ses devoirs.
Vous dites la même chose que moi, vous faites partie d'une des dernières générations qui ont une retraite, et comme je et vous l'ai dit, si vous avez une retraite, c'est bien parce que vous avez été déclaré, donc que votre employeur et vous même avez été honnêtes et avez cotisé, donc il y a eu déclaration de votre emploi.
Pour moi cotiser pour la retraite de mes ainés, la sécurité sociale, l'éducation nationale...n'est pas une charge, mais un acte citoyen.
Certes tout ça a un coût, mais loin de moi l'idée que ce soit et que vous soyez une charge pour la société, je trouve contrairement à tous les cyniques individualistes qu'il est normal de payer pour ceux qui ont travaillé tout leur vie.
D'ailleurs quand il est question des prélèvements sur salaire, je ne parle jamais de charges, mais de cotisations. Parler de charges, c'est faire une erreur, mais c'est dans l'air du temps, c'est amf qui parle de charge, donc tout en semblant être d'accord avec vous, c'est pour lui que vous êtes une charge !...et vu son cynisme...je pense qu'il adore le film "Soleil vert" !
Mais ce qui est consolant, c'est que les personnes qui ouvriront cette page et qui nous lirons vous et moi, puis lui, sauront se faire une opinion, et je ne pense pas qu'elle sera en notre défaveur !
Il fut un temps où l'expression pour les cotisations était "salaire différé", expression parlante.
Vous avez suivi la procédure pour licencier votre employé, c'est normal, mais malgré tout, tout à votre honneur, souvent les employés doivent se battre pour faire respecter leurs droits.
Je suppose que comme moi vous avez lu les vomissures de amf, lui pense qu'une employée de maison est un cloporte, c'est son expression, du moment que celle ci ne demande que l'application de la loi.
Il pensait certainement également faire de l'ironie avec un jeu de mot qui tombe à coté sur mon pseudo qui n'a aucun rapport avec les chats ! c'était juste des vomissures supplémentaires.
De plus il ment quand il dit qu'il n'a pas 1 centime d'aide de l'état, car c'est sans compter sur les 0,75 centimes de déduction par heure payée et les 50% de déduction fiscale.
Et enfin il est l'exemple type de l'employeur qui ne connaît rien quant à ses obligations, car le CESU n'a rien à voir avec un système donnant des droits à l'employé, c'est juste la branche de l'URSSAF qui enregistre les déclarations des salariés des particuliers employeurs !
Les droits des salariés ce sont la convention collective, le code du travail et les arrêts de la cour de cassation qui font jurisprudence !
Ma conclusion, c'est que je n'ai rien contre vous personnellement, mais que connaissant bien le milieu, j'entends trop souvent et le raisonnement de votre premier commentaire qui est boiteux et les vomissures de amf.
Et conclusion de la conclusion, si ça coûte cher de déléguer l'entretien de la maison, et bien on récure les WC soit même.
Je vous souhaite un bon dimanche.

Commentaire de sébasto cha Expert | 06/07/2014 |  
 

Bonjour Sebasto,
En conclusion, mettez sur le compte d'un mouvement d'humeur ma première réaction!
Je pensais simplement que, pour une prestation de 3 heures par semaine, la procédure aurait pu être simplifiée...
C'est d'ailleurs ce que nous avons fait, d'un commun accord, en fusionnant les entretiens!
Et, sinon, depuis, "je récure les WC moi-même", entre autres; et ne m'en sens absolument pas dévalorisé :-)

Commentaire de bernie | 06/07/2014 |  
 

Bien sûr, vous avez raison, et il n'y a que quand les employés sont considérés comme des cloportes n'ayant aucun droit qu'ils vont jusqu'au conseil des prud'hommes.
En général les employés de maison sont toujours prêts à faire des arrangements, car eux mêmes ne voient pas l'utilité de la lettre de convocation, du délai, de l'entretien, du nouveau délai et enfin de la lettre de licenciement, donc ils sont pratiquement toujours d'accord pour une procédure simplifiée, du moment que ce qui leur est dû est payé, et qu'ils ont les documents de fin de contrat.
Quand à "récurer les WC", non rien de dévalorisant, toujours d'accord avec vous.
De même qu'il faut toutes les professions pour faire une société, le médecin ou le jeune cadre dynamique ou la version française du "loup de Wall Street" n'ont un rôle ni plus ni moins important que l'employé de maison.
Seuls les cyniques arrogants pensent qu'ils sont supérieurs et qu'ils valent mieux que les autres, mais que valent ils réellement ?
Ils oublient que la société française contrairement à la société indienne n'est pas basée sur les castes, pas de supérieurs et pas d'inférieurs.
Ce n'est pas non plus à vous personnellement que le propos sur récurer les WC s'adressait, mais plutôt à ceux qui parlent de cloporte pour l'employé de maison.
Cordialement

Commentaire de sébasto cha Expert | 06/07/2014 |  
 

Demande de devis

Ménage à domicile !

Obtenez un devis gratuit correspondant à vos besoins et votre emploi du temps.

Femme de ménage

Poser une question

Contributeurs Experts

Plus d'experts

Retrouver ComprendreChoisir sur :

Licencier femme de ménage : la rupture du contrat d’aide ménagère
© 2007-2014, Fine Media | Qui sommes-nous ? | Contact | CGU | Charte de modération | Plan du site | Recrutement
Professionnel, soyez présent gratuitement sur notre site | Recevoir des demandes de devis, contacts qualifiés | Publicité & partenariats | Agence RP, eRéputation